Accueil Non classé Perverse narcissique : comment elle annonce la vérité

Perverse narcissique : comment elle annonce la vérité

0
0
23

10433082_351489345011566_1334251816436387183_n

Dans la psychologie de la perverse narcissique, il y a cette part inconsciente chez elle qui annonce la vérité. Mais comme tout n’est que manipulation chez elle, il faut décripter les messages. Une perverse narcissique se dédouane de toutes responsabilité. Donc, au début de la relation, la PN annonce la vérité sur son comportement sans la dire vraiment. La raison est simple, si elle dit les choses cashs, elle sait que vous allez fuir, donc elle prends des moyens détournés pour dire les choses. Cela lui permettra de vous mettre dans la figure l’argument « je t’avais prévenu, tu le savais ». Donc, dans ce message en photo, la PN me disait que je pouvait aller voir ailleurs mais que je ne devais pas le lui dire. Je n’avais pas compris le sens caché de ses mots. N’ayant jamais trompé une femme, je pensais qu’elle avait été tellement trompé qu’elle s’attendait à ce genre de comportement de ma part. Alors comme un idiot, je la voyais comme un oiseau blessé par la vie, je voulais la protéger, la sauver, la rassurer sur ce plan là…quelle erreur de ma part. En fait elle ne faisait que m’annoncer ce qu’elle allait faire avec moi. Elle en voulait que mon amour, mes sentiments, mais de son coté elle n’allait pas se gêner pour aller voir ailleurs et ne me le dirais jamais. C’était une confidence cachée. Et elle ne s’est pas gênée . Ce message elle me l’a envoyé alors que nous n’avions pas encore commencé la relation. A cette même période, elle avait son mari, et en plus des « plans culs », réguliers et occasionnels. Mais je ne connaissais pas cette partie de sa vie, elle me l’a toujours caché. Normal, elle aurait été honnête j’aurais fuis illico. Alors voilà le tableau qui se dressait, je suis une « pute » (ses mots à elle, pas les miens), je te tromperai sans te le dire, je ne serais jamais honnête avec toi mais je te prendrai ton amour. Toute notre relation a été basée sur des mensonges, et je les ai cru car ils étaient beaux. Je n’ai été amoureux que de mensonges, d’un personnage batît sur du vent (ce sont ses paroles). Je ne voyait en elle que celle que j’avais connu des dizaines d’années auparavant. Je n’avais pas vu celle qu’elle était devenue : une perverse narcissique. La sexualité chez elle était une forme de manipulation perverse. Je tairais certains détails, mais j’étais la proie idéale pour elle, y compris sur ce plan là. Au début de la relation je suis allé faire des tests de dépistage pour être sincère avec elle et je les lui ai montré. Je ne lui ai jamais demandé de faire la même chose, j’avais confiance en elle. Quelle erreur de ma part, les conséquences auraient pu être désastreuses pour moi, ma santé était en jeu aux vues de ses comportements sexuels. Fort heureusement, je n’ai rien attrapé, j’ai fait immédiatement des tests 3 mois aprés la rupture, je l’ai échappé belle. Dans nos discussions nous avions parlé de la sodomie, je lui disait que je ne pratiquait pas, je trouvais cela avilissant pour la femme. (depuis les choses ont évolués). Elle me disait qu’elle trouvait cette décision magnifique. Elle me racontait qu’elle avait subi un attouchement anal par son ex mari et que ça avait détruit son orifice anal de manière définitive, je l’ai cru. Mais ayant eu la version de son mari, et ayant pratiqué ce genre de choses, je sais que ce n’était qu’une fausse vérité aujourd’hui. Il s’était confié à moi, m’avait décrit la scène, l’objet, je sais qu’on ne peut pas avoir autant de dégats avec ce qu’il a fait. Non, la vérité était ailleurs. Dans son comportement sexuel à elle avec les « autres ». Je me souviens d’une image de son orifice, alors que nous étions en position dite de la levrette. A l’époque je n’avais pas fait attention, mais il était déjà bien « ouvert ». Rien à voir avec une personne qui n’a pratiqué la sodomie qu’une fois avec un petit sextoy. J’ai un vécu sexuel qui permet de faire des comparaisons. Elle pratiquait régulièrement la sodomie, et même une certaine forme de ce qu’on appelle la dilatation pour avoir l’anus dans un tel état. Bref, elle mentait sur ce coté sexuel et essayait de se faire passer pour une victime afin de titiller mon coté « sauveur ». Avec le recul, je me souviens aussi de son hymen, comment il était dilaté aussi. Chez certaines femmes ayant eu beaucoup d’enfants, on ressens un certain « flottement » lors de la pénétration. Mais elle n’avait eu qu’un enfant et il était majeur à l’époque. Non, ce que j’ai découvert, c’est qu’elle avait aussi des pratiques extrêmes là aussi. Malgré cela, elle essayait de se faire passer pour une victime à mes yeux. La vérité, c’est qu’elle ne se respectait pas, elle ne respectait pas son corps, et comme elle me l’avait dit, elle voulait connaître ce que cela faisait d’être aimé par un homme et d’être « l’unique » pour lui. Elle voulait découvrir ce que cela voulait dire « être aimée et respectée ». Je lui ai servi sur un plateau d’argent mon amour, mon respect et ma confiance. Elle savait que je ne lui ferais jamais vivre ce qu’elle a vécu avec les autres hommes. Mais elle n’était pas victimes des hommes, c’est elle qui faisait le choix de ses relations. La PN a une mauvaise image d’elle même, donc elle attire et est attirée par des personnes qui vont la réconforter dans son inconscient. (au moins sur le plan sexuel). Et dans le même temps, la PN va chercher chez les autres les qualités de coeur qu’elle n’a pas. C’est là que je suis positionné. Elle est venue se nourrir de ma pureté, de mon amour, de ma compassion et de ma bienveillance. C’est tout cela que voulais dire le message : « je me nourrirais de ton amour et de tes qualités mais j’irais baiser ailleurs dans ton dos sans te le dire ». Voilà comment une perverse narcissique construit la relation avec ceux dont elle se nourrit. Mais aujourd’hui, je l’ai complètement mise à nue dans sa vérité. Une perverse narcissique revient toujours faire le tour de ses proies lorsqu’elle apprends que ces dernières se sont reconstruit, qu’elles sont heureuses. Il est inacceptable à ses yeux qu’ils aient réussis là où elle échoue régulièrement : le bonheur. Mais je ne suis plus une proie aujourd’hui, je sais qui elle est. Je ne risque plus rien de sa part. Elle ne peut plus venir se nourrir car la porte d’entrée était mes failles intérieures, mes souffrances du passé. Tout est réparé aujourd’hui en moi, il n’y a plus de porte d’entrée pour les PN. Je ne dirais pas la porte du passé est fermée définitivement, je dirais, il n’y a plus de porte dans le mur ! . 

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par lemoinemoderne
Charger d'autres écrits dans Non classé

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Bonjour tout le monde !

Bienvenue sur unblog.fr, vous venez de créer un blog avec succès ! Ceci est votre premier …